Lino Ventura SITE


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Interview de Clelia Ventura

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eric
Admin
avatar

Nombre de messages : 7148
Age : 46
Localisation : Mars et ça repart...
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Interview de Clelia Ventura   Ven 26 Mar - 18:59

Interview de Clelia Ventura
Signé : Lino Ventura
A l’occasion du 20ème anniversaire de la mort de Lino Ventura, sa fille Clelia lui rend hommage avec un beau livre très personnel.


Actualitedulivre.com : Vous avez déjà réalisé deux ouvrages sur votre père, sans compter un documentaire. Qu’est-ce que ce dernier livre a de particulier ?

C. V. : C’est vrai que j’ai beaucoup travaillé sur l’œuvre de mon père, il faut dire qu’il m’a tellement manqué ! Honnêtement, j’ai un peu hésité à faire un troisième livre, je trouvais que ça faisait beaucoup, mais j’avais envie de parler de sa filmographie. Alors, j’ai conçu ce projet comme un cadeau d’anniversaire pour lui, à l’occasion du 20ème anniversaire de sa disparition. C’est un truc de gosse, j’ai sélectionné mes vingt films préférés, comme « Garde à vue » ou
« Les tontons flingueurs » et j’y ai ajouté mes commentaires et des anecdotes personnels sur ce que j’avais vécu au moment de leur tournage.

ALC : Vous arrivait-il d’aller sur des tournages avec lui ?

C. V. : Oh non, jamais ! J’aurais adoré ça, mais nous n’avions pas le droit. Il nous tenait complètement à l’écart de son métier. Je crois qu’il voulait nous protéger parce qu’il disait qu’il y avait trop de coups bas dans ce milieu. La première fois où j’ai bravé son autorité, j’avais 26 ans. J’étais sur le tournage d’un film de Sham Shepard et c’est là que j’ai appris sa mort. Vous savez, mon père était comme un VRP, il était tout le temps sur les routes. Je le voyais en gros un mois par an. Le mois de juillet, pour lui, c’était sacré. C’était en famille et à Cap-Ferret. Du coup aujourd’hui, je continue la tradition, c’est une façon de me rapprocher de lui. Au fond, tous mes livres ont servi à ça aussi : à combler la distance qui m’a toujours séparé de lui. C’est ma façon de faire mon travail de mémoire.

ALC : Quelles images gardez-vous de votre père à l’écran ?

C. V. : Vous savez, je l’ai découvert sur le tard. Jeune, je n’allais pas le voir au cinéma. Nous n’avons pas élevé dans le culte de l’acteur. On a grandi à côté. En outre, comme maman le suivait souvent sur les tournages, j’ai été beaucoup élevée par ma grand-mère paternelle. Franchement, je ne réalisais pas la notoriété de papa. Je l’ai vraiment réalisée le jour de son enterrement en voyant la foule rassemblée, et plus tard en découvrant des coupures de presse dans la cave. J’avoue d’ailleurs qu’après sa mort, j’ai mis très longtemps à faire mon deuil. Je ne supportais pas de le partager avec autant de gens. Je voulais me l’approprier.

ALC : Est-ce facile quand on travaille dans le cinéma d’être la fille d’un monstre sacré ?

C. V. : Ce n’est jamais facile d’être la fille d’un homme doté d’une telle présence, qu’il soit connu ou inconnu. Papa, c’était un colosse, comme le pilier central d’une cathédrale. On a du mal à imaginer vivre sans lui. Bien sûr, avoir un père connu, ça ouvre des portes, mais c’est à double tranchant. Quand on est la fille de Ventura, on nous demande beaucoup. On a toujours peur de ne pas être à la hauteur. En plus, on ne nous a pas appris à nous mettre en avant. Je suis peintre et scénariste, mais comme beaucoup, il m’arrive de galérer. En réalité, je n’ai pas grand-chose d’une « fille de » comme on dit dans les journaux…

ALC : Selon vous, que reste-t-il de l’acteur Lino Ventura aujourd’hui ?

C. V. : Il reste l’image d’un acteur vrai, porteur de valeurs. C’était un homme sans faux-semblant qui avait la culture de l’essentiel, quelqu’un de sécurisant aussi. C’est ce qui explique la longévité de sa popularité. Savez-vous qu’il y a des jeunes filles de 17 ans qui sont encore folles amoureuses de lui ? Il y a peu d’acteurs comme lui aujourd’hui avec cette épaisseur. Ce n’était pas un produit. Il ne jouait pas aux hommes d’affaires ou n’étalait pas sa vie dans les journaux. Papa, c’était 90 kilos de tendresse sous une carapace en acier. C’est pour cela qu’on l’aime, parce qu’il incarnait la simplicité, l’authenticité et la franchise. Et il était vraiment comme ça dans la vie.

Propos recueillis par Laure Joanin

_________________
On a toujours tendance à prendre les bruns trapus pour des gangsters mais c'est un préjugé idiot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tontonsflingueurs.actifforum.com
Eric
Admin
avatar

Nombre de messages : 7148
Age : 46
Localisation : Mars et ça repart...
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: Interview de Clelia Ventura   Ven 9 Avr - 11:47

Clelia Ventura : "L'émotion du public pour Lino, mon père, reste instacte"
Publié le mardi 24 mars 2009 à 10H36


La fille de Lino Ventura sera ce soir à Marseille pour participer à une rencontre littéraire. Avec un flot de souvenirs

Trois livres déjà écrits et, pourtant, un sujet inépuisable. Clelia Ventura n'en finit pas d'explorer la carrière et la personnalité d'un père souvent absent dans son enfance, mais aujourd'hui omniprésent. De Lino Ventura, à qui elle a consacré un beau livre- objet pour marquer les vingt ans de sa disparition, elle dit:

"Il a toujours un public. Je continue à rencontrer partout des gens qui pleurent quand ils parlent de lui. Qui disent:"Ça, c'était un homme, un vrai!" Un homme en effet singulier, avare de confidences, mais qui a ouvert la voie de l'engagement humanitaire, auprès d'enfants handicapés que personne, à l'époque, ne voulait prendre en compte. "Il a fait évoluer les mentalités. Mais il ne se livrait pas facilement. D'ailleurs, lors des interviews, il n'aimait pas qu'on lui parle de son engagement ni de sa fille handicapée. Il disaitjuste: "Non, ça c'est madame Ventura". Lui qui tournait six films par an, et qui n'était donc pas souvent là, n'attendait rien du cinéma quand il est arrivé dans ce milieu. Ma mère le suivait sur les tournages pendant que nous, les enfants, étions gardés par ma grand-mère. C'est un homme qui a eu un destin incroyable. Et même s'il n'avait pas été mon père, je pense que je me serais passionnée pour lui".

Artiste peintre, Clelia Ventura prépare une exposition et un nouveau livre. Un roman cette fois mais qui s'inspirera de faits réels empruntés à une enfance. Celle de Lino, bien sûr.

_________________
On a toujours tendance à prendre les bruns trapus pour des gangsters mais c'est un préjugé idiot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tontonsflingueurs.actifforum.com
capitaine caverne™

avatar

Nombre de messages : 93
Age : 60
Date d'inscription : 01/02/2006

MessageSujet: Re: Interview de Clelia Ventura   Mer 8 Déc - 21:33

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interview de Clelia Ventura   

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview de Clelia Ventura
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gauri parle de SRK...interview de 2000
» La petite Emission #8 : Interview de Simon Bisley
» Le Capitaine Dadis Camara (Interview dans sa chambre à coucher).
» Interview Jervis Johnson
» Interview d'un syndicaliste anonyme par Dédé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lino Ventura SITE :: Biographie ,photos,hommage,divers-
Sauter vers: