Lino Ventura SITE


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L armée des ombres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Eric
Admin


Nombre de messages : 7148
Age : 45
Localisation : Mars et ça repart...
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: L armée des ombres   Lun 30 Jan - 23:13


1969


Dernière édition par le Lun 5 Nov - 12:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tontonsflingueurs.actifforum.com
Inspecteur Gallien



Nombre de messages : 356
Age : 45
Localisation : Abu Dhabi / Paris / Toulon
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Mar 23 Mai - 12:24

De Jean-Pierre Melville

Partenaires de Lino: Simone Signoret, Paul Meurisse, Jean-Pierre Cassel, Paul Crauchet, Serge Reggiani

L'histoire: Les activités et la vie extrêmement difficiles d'un réseau de résistants sous l'occupation allemande.



Sorti en 1969, dans une France alors en proie aux doutes, aux contestations de l'ordre établi, aux incertitudes politiques de l'après mai 1968, L'Armée des ombres a ravivé des feux mal éteints et le douloureux souvenir de l'Occupation, qui divisa les Français. Certains critiques reprochèrent à Jean-Pierre Melville son indéfectible fidélité au Général de Gaulle, qui incarnait la Résistance Française, et surtout qui fut au pouvoir lors des événements de 1968.

Jean-Pierre Melville a consacré trois films à la vie des Français sous l'Occupation. Le Silence de la mer (1949), adapté du roman paru dans la clandestinité de Vercors; Leon Morin, prêtre (1961), qui marque la première collaboration entre le cinéaste et Jean-Paul Belmondo; et L'Armée des ombres. Melville déclarait alors: "je l'ai porté en moi 25 ans et 14 mois exactement. Il fallait que je le fasse et que je le fasse maintenant, complètement dépassionné, sans le moindre relent de cocorico. C'est un morceau de ma mémoire, de ma chair". Par ailleurs, les thèmes que l'on découvre dans L'Armée des ombres : la fidélité à la parole donnée, la trahison des amis, les codes qui régissent les individus vivant en communauté, se retrouvent dans les autres films du cinéaste, en particulier dans la plupart de ses films noirs.

Le film de Jean-Pierre Melville fait référence à ses propres souvenirs de résistant et à l'action de Lucie Aubrac (dont la vie fera l'objet d'un film signé Claude Berri, Lucie Aubrac, en 1997). L'Armée des ombres se démarque aussi de l'image traditionnelle d'une résistance héroïque soutenue par une majorité de Français. La parole au réalisateur: "Dans ce film, j'ai montré pour la première fois des choses que j'ai vues, que j'ai vécues. Toutefois, ma vérité est, bien entendu, subjective et ne correspond certainement pas à la vérité réelle. D'un récit sublime, merveilleux documentaire sur la Résistance, j'ai fait une rêverie rétrospective; un pèlerinage nostalgique à une époque qui a marqué profondément ma génération".

C'est Eric Demarsan qui a signé la musique du film...Qui était aussi le générique de la célèbre émission "Les Dossiers de l'écran", entre 1967 et 1991.

_________________
Les cons, ça ose tout - C'est même à ça qu'on les reconnait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inspecteur Gallien



Nombre de messages : 356
Age : 45
Localisation : Abu Dhabi / Paris / Toulon
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Dim 11 Juin - 11:00

Le 45T:


_________________
Les cons, ça ose tout - C'est même à ça qu'on les reconnait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inspecteur Gallien



Nombre de messages : 356
Age : 45
Localisation : Abu Dhabi / Paris / Toulon
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Jeu 29 Mar - 14:56

L'affiche belge:


_________________
Les cons, ça ose tout - C'est même à ça qu'on les reconnait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daniel



Nombre de messages : 1572
Age : 57
Localisation : Québec
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Ven 30 Mar - 17:37

J'ai bien l'impression Éric et Nicopipo que ce film est probablement le plus terrible et le plus cruel de la filmographie de Lino. Même si je suis né en 1959 et que je ne sais pas c'est quoi de vivre sous l'occupation, ce long-métrage de Jean-Pierre Melville a réussit à me faire goûter et conprendre d'avantage cette période abominable que vos parents ou grand-parents ont vécus.

Un très grand film de Lino...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plouc



Nombre de messages : 94
Age : 43
Localisation : dans un car (à Vannes)
Date d'inscription : 28/05/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Ven 20 Avr - 14:03

Jean-Pierre Cassel n'est plus..

A chaque fois que je revois ce film, mon coeur bat plus fort quand il descend du train et qu'il passe devant la Gestapo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doelan.blogspirit.com
Inspecteur Gallien



Nombre de messages : 356
Age : 45
Localisation : Abu Dhabi / Paris / Toulon
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Mer 25 Avr - 1:06

C'est d'ailleurs le seul film qu'il a tourné avec Lino.

_________________
Les cons, ça ose tout - C'est même à ça qu'on les reconnait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
serenade



Nombre de messages : 113
Age : 60
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Ven 23 Nov - 17:03

J'ai vécu le film comme si j'y étais : j'avais froid avec eux, je ressentais tout ce qu'ils généraient à l'écran. Simone Signoret y a été admirable, comme d'habitude.


Serenade
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cabotine



Nombre de messages : 6
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 29/11/2007

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Sam 1 Déc - 20:09

Bon week-end à tous. L'Armée des Ombres, très grand film mais que je classe dans mes films "cafardeux". J'ai cette image de Simone Signoret tombant abattue sur le trottoir, terrible, terrible. On a l'impression d'y être, c'est affreux. Mais c'est un avis personnel, bien évidemment. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://etatsdanne.over-blog.com/
léti



Nombre de messages : 92
Age : 45
Localisation : avignon 84
Date d'inscription : 22/10/2007

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Sam 1 Déc - 23:00

la reine des Rolling Eyes c'est moi j'ai reçu l'armée des ombres ce matin
c'est un dvd hd affraid impossible de le visionée Crying or Very sad
me suis planté royal

hic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine BERETTO



Nombre de messages : 7
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 19/04/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Mar 4 Déc - 9:41

Bonjour à tous,
Histoire de partager nos points de vue, je vous propose ci-après une petite critique de ce film de Melville.

[L'Armée des Ombres - Critique] - 10/10

Résumé : En 1942, en France durant l'occupation allemande, la vie difficile et courageuse d'un réseau de résistants : de la torture de l'un au sacrifice de l'autre, les choix de vie sont parfois difficiles mais pleinement assumés.

Avis : Le réalisateur Jean-Pierre Melville fut toujours un cas un peu à part dans le monde du cinéma. Très inspiré par le cinéma américain, l'ensemble de sa filmographie est marqué par des thèmes récurrents tels que la loyauté, le code de l'honneur et l'amitié. Longtemps catalogué en tant que réalisateur esthétique et esthétisant (son influence sur la Nouvelle Vague en général, Godard et Truffaut en particulier est réelle) spécialisé dans les films de gangsters, Melville, avec l'Armée des Ombres se lance dans l'adaptation de la nouvelle de Joseph Kessel et porte à l'écran une illustration de la vie de ces combattants continuellement exposés au danger, ces "guerriers de la nuit" dont la vie était menée au rythme du pas des bottes de la Wehrmacht : les Résistants.

En tant qu'ancien membre de la Résistance, on peut légitimement dire que Jean-Pierre Melville connaît son affaire et qu'une partie de son film recèle plusieurs éléments autobiographiques. Il avait d'ailleurs coutume de dire qu'il avais mis "toute sa chair" dans ce film. De ses années de Résistance, Melville gardera de puissants réseaux de contacts qui lui permettront par exemple de bloquer la place de l'Arc de Triomphe pour y faire défiler des soldats en tenue de l'armée allemande (scène d'ouverture du film), ce qui n'est pas rien si l'on songe que le film date de 1969. Mais l'immense talent de ce réalisateur n'est pas simplement de nous brosser un tableau de la Résistance et ce quelle impliquait. Non, Melville va beaucoup plus loin et par delà la Résistance, ce qui l'intéresse ce sont les personnes ; ce qui l'intéresse, ce n'est pas l'Histoire, mais ceux qui la font. Tous les personnages du film ont en commun une profonde solitude : ils ne se connaissent pas, ne se manifestent pas un attachement débridé, et pourtant, ils réussissent à faire cause commune, à faire front devant une menace qui les touche tous. C'est peut-être ce mécanisme d'amitié de circonstance que le réalisateur a voulu décrire dans son film, faisant de l'Armée des Ombres un film de destins où le réalisateur dissèque avec minutie et précision la vie à la fois simple et dangereuse de tous ces anonymes qui eurent à coeur de laver l'affront fait à la France en juin 1940.
Au coeur de ces personnages se trouve Philippe Gerbier dont le spectateur va suivre principalement le parcours de résistant. Tour à tour arrêté, puis évadé, puis repris puis libéré par ses compagnons d'armes, ce personnage est l'occasion pour Melville de brosser un tableau à la fois simple et prosaïque de la vie de ces Résistants.

Simple parce que chez Melville il n'y a pas d'effets de manche ou d'artifice. Son talent de narrateur est particulièrement mis en valeur par son excellente gestion du temps : aucun plan, aucun mouvement de caméra, aucune réplique ne sont superflus, tout est dédié à l'histoire, au scénario qui est très délié, porté qu'il est par la diversité des évènements qui sont montrés au spectateur. Avec un certain génie, le réalisateur prend son temps : certains plans peuvent apparaître parfois comme un peu lents mais en celà, ils en deviennent géniaux parce qu'en même temps le réalisateur insiste sur le poids de la responsabilité qu'il fait porter à ses personnages. En ce sens la terrible scène ou Philippe Gerbier participe à l'exécution par étouffement d'un jeune résistant qui l'avait trahi. Cette scène pour poignante et déchirante qu'elle soit est d'un réalisme et d'une sobriété absolus, d'une noirceur et d'un pessimisme profonds et plus que de choquer le spectateur, elle lui jette en plein visage l'ironie et l'injustice de cette France occupée qui voudrait que de simples français se voient dans l'obligation d'en tuer d'autres, se voient dans l'obligation d'être à la fois juges et bourreaux.

Prosaïque parce que chez Melville, il n'y pas de surhomme. Ou tout du moins, la force exceptionnelle de ses personnages tient surtout dans la force de leurs convictions et de leur personnalité. Comment en effet ne pas faire le parallèle entre le cheminement personnel de Philippe Gerbier, de Jeff Costello dans le Samouraï ou du Commissaire Mattéi dans le Cercle Rouge : tous, de par la simplicité de leurs choix sont des hommes à la force de caractère exceptionnelle; tous sont empreints et marqués par la réalité des choses qui les entoure et leur seule voie de salut reste la fidélité à leurs convictions les plus profondes; convictions qui, bien entendu, dans le cas de l'Armée des Ombres, prennent une dimension historique sans égal.

Maître mot du film, l'authenticité est certainement ce vers quoi Melville voulait tendre le plus dans son scénario. En effet, le réalisateur nous montre plusieurs parcours de vie et là où certains se seraient permis de juger, Melville en cinéaste intelligent ne fait que dépeindre. Pour lui il n'y a pas de "bon" ou de mauvais résistants. Ces derniers viennent de tous horizons, des communistes aux royalistes et sont guidés par des motivations qui leur sont propres, patriotisme ou goût pour l'aventure renforçant en cela le discours de Melville depuis le début du film à savoir qu'il n'y a pas une seule Résistance, mais des hommes et des femmes ordinaires, qui se transcendent, car les circonstances qu'ils vivent sont extraordinaires. Ainsi, certes si le coeur du film tourne-t-il autour de 4 ou 5 personnages principaux, Melville se souvient aussi que la Résistance n'était pas que l'affaire de quelques leaders charismatiques, mais celle de tous, comme par exemple cette scène où Philippe Gerbier est sauvé in extrémis par un barbier, personnage lambda mais dont l'action à la fois salutaire et courageuse est un magnifique acte de Résistance. Encore une fois, bel hommage du réalisateur à des inconnus qu'il croisa peut-être sans les revoir durant les difficiles heures de l'Occupation.
Le réalisme du film se trouve également dans tous les évènements autour des principaux personnages : des contrôles de papier à la sortie des gares en passant par des gendarmes affamés ou des miliciens qui débarquent dans un café, Melville a le même soucis du détail que pour dépeindre ses personnages. Les décors, situations sont analysés et participent au climat de frayeur qui règne tout au long du film. De la scène ou Philippe Gerbier attend dans les locaux de la Gestapo à celle où Mathilde tente vainement de libérer Félix incarcéré et torturé, ou celle de Gerbier attendant désespérément un contact dans une maison isolée, la tension est palpable, matérialisée par les bruits et les gestes et les attitudes de chacun, et colle à tous les personnages. En écho à sa description par les images, Melville ajoute par ailleurs certains passages en voix off de Philippe Gerbier : outre un soucis de fidélité à l'oeuvre originale de Kessel, ce procédé scénaristique permet au réalisateur de faire avancer son histoire avec talent : en effet, la simplicité des images s'accompagne de la simplicité du discours, la voix monocorde de Gerbier donnant une puissance dramatique au récit dont, émotionnellement parlant, le spectateur ne sort pas indemne. Il en est ainsi de la scène magnifique où Gerbier est soumis au jeu cruel d'un officier allemand qui le force à courir avant de peut-être tomber sous les balles de mitraillette : Melville signe l'une des scènes les plus fortes de toute l'histoire du cinéma français en alliant une musique "terrible", un cadrage sur mesure (expressions du visage notamment) et la voix off qui donnent un poids dramatique et un ton d'un noir fatalisme à l'histoire de Philippe Gerbier.

C'est d'ailleurs en celà que le film de Melville est profondément achevé parce qu'il a su inspirer au spectateur que nous sommes la même terreur qu'à ses personnages ; parce que de la banalité des situations et des évènements, il transpire de la pellicule une sorte d'effroi qui fait corps avec l'histoire racontée, interrogeant le spectateur au plus profond de lui-même pour qui se pose cette simple question : et moi qu'est-ce que j'aurais fait à sa place ? Comment en effet ne pas être interpellé par le sacrifice de Jean-François, comment ne pas être interpellé par cette volonté de Gerbier à parfaire sa mission d'unification de la Résistance malgré les rafles, les menaces de mort et le chantage de l'occupant nazi, comment enfin ne pas éprouver une certaine compassion pour le choix de Mathilde à la fin du film qui met en lumière toute la froideur de cette guerre qui n'a pas de nom, tous les paradoxes de ce combat où certains doivent être sacrifiés pour que d'autres survivent. Voilà ce que veut nous dire Jean-Pierre Melville à savoir qu'il n'y a d'issue pour ces hommes que dans le don de soi et le sacrifice, la force de leurs convictions les précipitant naturellement vers un sort tragique.

Outre le fait que l'Armée des Ombres a su mettre en valeur l'incontestable don de cadrage et de mise en scène de Melville, ce film se trouve être aussi au confluent de multiples talents. D'abord, du point de vue interprétation, l'Armée des Ombres constitue pour plusieurs comédiens français l'une des performance les plus abouties. Ainsi en est-il pour Lino Ventura (et Dieu sait qu'avant ce film il avait déjà amplement prouvé son talent) qui a un jeu d'acteur d'une sobriété et d'une force extraordinaires. Rarement nous avons pu voir au cinéma une telle performance parce que le jeu d'acteur de Lino est, à la manière du film, rempli de simplicité et d'authenticité : on y croit, parce que ce comédien sait, d'un seul regard ou d'une seule expression, susciter chez le spectateur une vive émotion; émotion dans le regard que l'on retrouve également dans la scène finale du film avec le personnage de Mathilde interprété magistralement par Simone Signoret. Là aussi ce film lui a réservé l'un de ses plus beaux rôles, tant il est vrai que son personnage fait à la fois d'insouciance et de gravité lui permet de nous offrir toute l'étendue de son talent.
Que dire enfin du grand Paul Meurisse qui interprète de façon très effacée ce personnage de "grand patron" de la Resistance, un rôle difficile, fait de nonchalance et de résignation (scènes avec son frère Jean-François) et de volontarisme (scène avec Lino Ventura dans la maison abandonnée). Il serait enfin injuste de passer à côté de tous les seconds rôles du film, de Jean-Pierre Cassel à Christian Barbier en passant par Serge Reggianni, avec une mention spéciale à Paul Crauchet : tous font un sans faute et la justesse de leur interprétation donne une vraie puissance dramatique au film.
Talent des interprètes mais également talent dans la partition musicale : Eric Demarsan (qui travaillera à nouveau pour Melville sur le Cercle Rouge) signe un thème lancinant et froid tout en restant discret, qui accompagne parfaitement la caméra de Melville. Point d'orgues : la scène où Gerbier doit courir dans un tunnel pour échapper aux mitrailleuses allemandes. Comme un point culminant du film, la musique organise une rupture de ton et devient encore plus glaçante décuplant ainsi la force des images. Cette musique sera par la suite popularisée par l'excellente émission télé, les Dossiers de l'Ecran, dont elle constituait le générique.
Enfin, talent dans les décors et dans la photo du film signée Pierre Lhomme. Outre des décors très sobres, ce qui marque dans le film c'est l'aspect bleu-vert-gris de la lumière qui baigne autour des comédiens, renforçant ainsi à l'extrême la froideur du comportement des personnages, mais aussi l'aspect "heures sombres de l'Histoire" du film et l'on peut dire sans se tromper que rarement la photo d'un film n'aura été aussi bien mise au service d'un scénario.

L'Armée des Ombres est à mon sens l'un des cinq meilleurs films français d'après-guerre. Ce film est un témoignage sincère et puissant de ce que certaines personnes, à un moment ou à un autre de leur vie, ont été dans l'obligation d'accomplir au nom de convictions tellement fortes qu'elles ne souffrent pas de comparaison possible. Courage, abnégation, telles étaient les qualités de ces combattants de l'Ombre, pour lesquels Jean-Pierre Melville signe un film mémorable affirmant du même coup ce que tout à chacun doit à ces soldats anonymes et volontaires : un salutaire et obligatoire devoir de mémoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric
Admin


Nombre de messages : 7148
Age : 45
Localisation : Mars et ça repart...
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Mar 4 Déc - 9:51

Merci Antoine BERETTO pour cette critique...
81

_________________
On a toujours tendance à prendre les bruns trapus pour des gangsters mais c'est un préjugé idiot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tontonsflingueurs.actifforum.com
christel



Nombre de messages : 16
Age : 33
Date d'inscription : 05/11/2007

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Jeu 22 Mai - 22:39

A propos de l'Armée des Ombres, je voudrais signaler l'intéressant article de l'historien Vincent Guigueno paru dans la revue d'histoire Vingtième Siècle en octobre-décembre 2001 et consultable sur le site internet du cairn : Le visage de l'histoire. L'Armée des Ombres et la figuration de la Résistance au cinéma.
Le propos s'articule notamment autour des questions de la réception du film à sa sortie (dans le contexte de l'époque le film est considéré comme gaulliste), de l'analyse et de la comparaison des structures du livre de Kessel et du film de Melville, de la représentation de la Résistance au cinéma et du processus de l'héroïsation du résistant dans une oeuvre de fiction. Il s'agit d'une réflexion sur les rapports entre histoire et cinéma, entre faits historiques et fiction, de la représentation filmique de la seconde guerre mondiale.
L'article mérite évidemment d'être lu dans son entier mais je reproduis ici le résumé que l'on en trouve sur le site :
"Film inspiré du récit de Joseph Kessel, L'Armée des Ombres ne constitue pas un film sur la Résistance mais présente une réflexion sur les termes de sa figuration. Melville n'était sans doute pas mal placé pour proposer cette réflexion, comme cinéaste, bien sûr, mais comme résistant également - encore que son itinéraire, durant les années sombres, soit difficile à retracer. Le film, à sa sortie, fut mal reçu, en raison notamment d'une approche jugée gaulliste. Le décalage temporel nous montre pourtant que cette oeuvre reste rebelle à toute classification. Tout en étant largement fidèle au récit de Kessel, elle élimine toute référence au politique, choisit de présenter la Résistance dans la variété de ses membres - qu'unit toutefois la mort qui les attend. Elle se caractérise surtout par une sobriété proche de l'épure, qui évite, notamment, de transfigurer les résistants en héros. Melville, au demeurant, préfère filmer les hommes dans la délibération plutôt que dans l'action - une approche qui tranche avec les partis pris retenus par Claude Berri dans Lucie Aubrac. Les acteurs - connus - n'en sont pas moins devenus, aux yeux des spectateurs, l'incarnation symbolique mais vivante des résistants qui forgèrent l'armée des ombres."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eric
Admin


Nombre de messages : 7148
Age : 45
Localisation : Mars et ça repart...
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Jeu 24 Juil - 11:50


Cliquez pour agrandir...

_________________
On a toujours tendance à prendre les bruns trapus pour des gangsters mais c'est un préjugé idiot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tontonsflingueurs.actifforum.com
Eric
Admin


Nombre de messages : 7148
Age : 45
Localisation : Mars et ça repart...
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Ven 1 Aoû - 12:02


Cliquez pour agrandir...

_________________
On a toujours tendance à prendre les bruns trapus pour des gangsters mais c'est un préjugé idiot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tontonsflingueurs.actifforum.com
Eric
Admin


Nombre de messages : 7148
Age : 45
Localisation : Mars et ça repart...
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Mar 26 Aoû - 16:30


Cliquez pour agrandir...

_________________
On a toujours tendance à prendre les bruns trapus pour des gangsters mais c'est un préjugé idiot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tontonsflingueurs.actifforum.com
Eric
Admin


Nombre de messages : 7148
Age : 45
Localisation : Mars et ça repart...
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Sam 30 Aoû - 12:01


Cliquez pour agrandir ...

_________________
On a toujours tendance à prendre les bruns trapus pour des gangsters mais c'est un préjugé idiot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tontonsflingueurs.actifforum.com
Eric
Admin


Nombre de messages : 7148
Age : 45
Localisation : Mars et ça repart...
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Ven 12 Sep - 11:29


_________________
On a toujours tendance à prendre les bruns trapus pour des gangsters mais c'est un préjugé idiot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tontonsflingueurs.actifforum.com
Eric
Admin


Nombre de messages : 7148
Age : 45
Localisation : Mars et ça repart...
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Mar 31 Mar - 16:02


_________________
On a toujours tendance à prendre les bruns trapus pour des gangsters mais c'est un préjugé idiot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tontonsflingueurs.actifforum.com
Eric
Admin


Nombre de messages : 7148
Age : 45
Localisation : Mars et ça repart...
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Mar 13 Juil - 12:29


_________________
On a toujours tendance à prendre les bruns trapus pour des gangsters mais c'est un préjugé idiot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tontonsflingueurs.actifforum.com
Eric
Admin


Nombre de messages : 7148
Age : 45
Localisation : Mars et ça repart...
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Mer 29 Sep - 16:42


_________________
On a toujours tendance à prendre les bruns trapus pour des gangsters mais c'est un préjugé idiot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tontonsflingueurs.actifforum.com
jeremy joly



Nombre de messages : 138
Age : 21
Localisation : prés de Cambrai Nord 59
Date d'inscription : 21/12/2009

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Ven 12 Nov - 13:09

C'est l'un des films que j'ai vu qui restera marqué dans ma mémoire...
En voyant ce film, on a l'impression de vivre dedans...
Magnifique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefandelouisdefunes.skyrock.com/
Eric
Admin


Nombre de messages : 7148
Age : 45
Localisation : Mars et ça repart...
Date d'inscription : 23/01/2006

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Mar 30 Nov - 13:23


_________________
On a toujours tendance à prendre les bruns trapus pour des gangsters mais c'est un préjugé idiot...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tontonsflingueurs.actifforum.com
jeremy joly



Nombre de messages : 138
Age : 21
Localisation : prés de Cambrai Nord 59
Date d'inscription : 21/12/2009

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Mer 29 Déc - 21:49



Et une belle musique:
http://www.youtube.com/watch?v=WMtqviCGcHc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lefandelouisdefunes.skyrock.com/
Gaspard



Nombre de messages : 304
Date d'inscription : 18/07/2009

MessageSujet: Re: L armée des ombres   Lun 27 Juin - 18:52

Ah... L'Armée des Ombres. Sans doute un des films les plus réussis dans la carrière de l'artiste.
Dommage que Lino n'ait pas interprété davantage de rôles dans des films liés à la seconde guerre mondiale en général, à l'Occupation en particulier.
Ma note : 4 étoiles/5.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L armée des ombres   Aujourd'hui à 8:51

Revenir en haut Aller en bas
 
L armée des ombres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'armée des ombres (épisode n°18)
» L'armée des ombres. 1969. Jean-Pierre Melville.
» L'ARMEE DES OMBRES de Joseph Kessel
» [CdA Ludik 2012/Infy] L'armée des ombres
» 7x18 - Dirty Girls [VF : L'armée des ombres]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lino Ventura SITE :: Les films-
Sauter vers: